• CONSOMMATION FANTÔME

    L'article suivant est extrait du magazine Bioinfo n°89 (le magazine belge du mieux-vivre) et parle des nombreux appareils électriques qui nous environnent et qui, une fois éteints, continuent de consommer...

     

    La fée est aussi une sorcière : chaque année, les belges gaspillent sans le savoir l'équivalent de la production éléctrique de 1500 éoliennes. Et tout ça, pour rien ! Comment ? Lisez plutôt ce qu'a découvert un de nos lecteurs, l'ingénieurs informaticien Etienne Devaux.

    Quel ménage belge ne possède pas un lave-linge, du matériel hi-fi, une cafetière éléctrique, quand ce n'est pas un PC avec son imprimante ou un décodeur ? A vrai dire peu. Dès qu'on s'en sert, ces appareils consomment plus ou moins d'énergie. Difficile de faire autrement. Mais le problème n'est pas là. Un grand nombre de ces équipements consomment aussi de l'éléctricité quand ils sont éteints. Vous avez bien lu. Pas en mode veille, mais bien éteints !

    Cela vous laisse pantois ? Vous n'êtes pas les seuls. Il y a quelques mois, Etienne Devaux s'est aperçu aussi de cet incroyable gaspillage. L'homme n'est pas n'importe qui. Ingénieur, informaticien, il a notamment travaillé à la construction de Tihange II et III (ndr.: centrale nucléaire belge), mais il est surtout passionné de l'énergie sous toutes ses formes, et notamment les énergies renouvelables.

    Une polémique lancée en France va mettre la puce à l'oreille d'Etienne Devaux. Le magazine 60 millions de consommateurs révèle en effet que la société Free n'a pas vraiment optimisé la consommation éléctrique de la Freebox qui permet aux utilisateurs de téléphoner via leur connexion ADSL. Branchée 24h/24 celle-ci engloutit 198 KWh par an ! Et si on la coupe, le téléphone ne sonne plus ! Rappelons qu'un téléphone classique lui, ne consomme rien.

    Un grand gaspillage invisible

    En technicien averti, Etienne Devaux fait tout de même le lien entre la Freebox et le décodeur dont il est équipé. Histoire d'en avoir le coeur net, il s'offre pour Noël un petit appareil qui mesure les consommations éléctriques des appareils courants (ndr.: ces économètres sont vendus à partir d'une quinzaine d'euros (2010) dans des magasins de bricolage entre autres, ainsi que sur  www.econologie.com).

    Il teste son décodeur, puis d'autres équipements, juste pour voir. Et là, il tombe des nues : « La B-box de Belgacom TV consomme 35 watts ! Mon vieux PC éteint, 25 watts ! Je n'en revenais pas, j'ai même recommencé plusieurs fois pour être sûr. Mon imprimante, 8 watts. Une cafetière Senseo, 8 watts. Mon lave-linge, sur zéro, 12 watts. Ma chaudière, qui attend juste que mon thermostat lui dise 'démarre' : 24 watts. Mon lave-vaisselle ? A l'arrêt, il consomme 9 watts. En stand by, 6 watts ! Cette consommation est vraiment perdue. Elle ne sert à rien. Mais qu'est-ce que cela représente ? Si trois millions de ménages en Belgique consomment ne fut-ce qu'un watt de cette manière, c'est-à-dire quasi rien, moins qu'une veilleuse, cela représente 3 mégawatts de consommation.
    Pour compenser, il faudrait installer dix éoliennes de puissance moyenne ! C'est violent. Et encore, c'est une hypothèse minimaliste. En moyenne, on pourrait dire que cette consommation perdue monte à 150 watts par ménage (...). Et bien cela équivaut à la production de 1.500 éoliennes ! Et en passant, ça vous coûte aussi 300 euros de plus par an sur votre facture d'éléctricité
    . En vingt ans, une chaudière peut ainsi vous coûter le prix d'une nouvelle installation de chauffage rien qu'avec cette consommation cachée. »

     

    Wattmétre sur prise ou Economètre
    (cliquer pour aggrandir)

     

    Petits gestes, grands effets

    Que conclure de ce petit florilège de chiffres plus étonnants les uns que les autres. Que les concepteurs de la plupart des appareils éléctroménagers se fichent complètement de la consommation de ceux-ci en mode "éteint". Il serait sans doute temps qu'à l'échelon européen ou à défaut national, on édicte des règles en matière de consommation éléctrique. Certains appareils, lorsqu'ils sont éteints, ne consomment d'ailleurs rien. On ne voit pas pourquoi d'autres ne pourraient pas suivre leur exemple.

    Etienne Devaux, lui, va même plus loin : « Nous sommes en-train de nous tirer une balle dans le pied. On subsidie les énergies renouvelables et d'un autre côté on laisse faire ce genre de gaspillage. Ce n'est pas réaliste. »

    En attendant que peut faire le citoyen pour éviter ce gaspillage de watts ? Il peut toujours débrancher la prise des appareils éléctriques lorsqu'il ne les utilises pas. Ma cela peut vite devenir fastidieux. La meilleure solution consiste à relier ceux-ci à un bloc multiprises muni d'un interrupteur à témoin lumineux (à consommation très faible NDLR). Et de couper l'ensemble avant d'aller dormir par exemple.

    Autre solution, relier ses appareils à un programmateur journalier (ndr.: dit aussi timer) qui coupera le courant automatiquement pour la nuit. Un petit geste qui peut engendrer de fameuses économies.

    • brasero 2012.

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    D
    Mardi 26 Septembre 2017 à 15:43

    Bonjour,

    Je recherchais des infos sur un brasero, je suis tombée sur votre site à cause des mots clefs BRASERO QUI SONT CACHES DANS VOTRE SITE

    je trouve ça inadmissible

     

    Au revoir

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :